THEME « EMERGENCE DE LA COTE D’IVOIRE, QUELLE PLACE POUR LA CULTURE ? »

Partager l'article
  
  


Liste des documents à télécharger
les videos liees

>

TEXTE DE PRESENTATION

Invité de la tribune, Les Rendez-vous du gouvernement le 3 mars à l’immeuble Sciam, le ministre de la Culture et de la Francophonie, M. Maurice Kouakou Bandaman, a partagé à travers le thème « Emergence de la Côte d’Ivoire, quelle place pour la culture ? »,  les projets de développement du secteur culturel devant  contribuer à l’émergence de la Côte d’Ivoire à l’horizon 2020.


Le ministre a pris l’engagement de résoudre courant l’année 2016, l’épineux problème de piratage des œuvres musicales. Il est prévu à cet effet,  la construction à hauteur de 100 millions de FCFA, d’une usine de production de Compacts discs (CD) ‘’difficiles à pirater’’. Cette usine aura une capacité de production de 20.000 CD/jour et sa mise en place sera accompagnée d’un réseau de distribution.  


Au plan institutionnel, le ministre a annoncé que la loi sur les droits d’auteur soumise  au Parlement pourrait être adoptée d’ici mai 2016, complétant ainsi l’adoption des lois sur la politique culturelle nationale, sur l’industrie culturelle et sur le livre.


L’objectif étant  selon lui,  de réglementer toutes les chaines de la culture.  Au titre des infrastructures, il a évoqué l’ambition du gouvernement de faire bâtir dans le cadre d’un partenariat public privé (PPP) pour un coût de 49 milliards de FCFA,  une bibliothèque de la renaissance africaine à Abidjan.


La première pierre de cet édifice a déjà été posée. 12 centres intégrés dans les capitales des districts du pays seront également construits, ainsi que 9 centres techniques d’arts appliqués (CTAA).


Dans ce vaste chantier, la formation aura une place de choix avec le projet d’externalisation de l’Université Senghor d’Alexandrie qui comprendra   14 filières en Master dans les métiers de l’art et de la culture.


Les centres de lettres et d’animation seront également réhabilités. Enfin, le ministre a évoqué son ambition d’élaborer une stratégie pour mettre la culture au service du concept de « l’ivoirien nouveau ».


 


A cet effet, il entend bâtir des sites de mémoires avec l’aide de l’UNESCO pour retracer les grands moments de l’histoire de la Côte d’Ivoire, de l’esclavage à la vie de feu le Président Félix Houphouët-Boigny, jusqu’à la récente crise postélectorale.