LUTTE CONTRE LA RAGE : UNE CAMPAGNE NATIONALE DE VACCINATION LANCEE

Dans le cadre de la lutte contre la rage canine dont la Côte d’Ivoire notre pays regorge encore des foyers résiduels, le Département de la Santé Animale du Projet d’Amélioration de la Santé Animale et de l’Hygiène Publique a déployé, depuis le 25 janvier 2010, plusieurs équipes de vaccinateurs, aussi bien à l’intérieur du pays qu’à Abidjan et banlieue.

De la commune d’Abobo à Port-Bouët, en passant par Yopougon, les agents vaccinateurs du Ministère de la Production Animale et des Ressources Halieutiques, aidés à l’occasion par leurs collègues du centre antirabique, s’activent à administrer la dose du vaccin aux chiens et chats présentés par leurs propriétaires.

La campagne de lutte contre la rage, saison 2009 qui fait suite à celle de 2008, vise à terme à maîtriser et à éradiquer le virus rabique dont la présence sourde et permanente expose l’ensemble du territoire au risque d’explosion d’une flambée épidémique.



Car en effet, depuis le mois d’octobre 2006, les Départements D’ADZOPE, de DABOU, de Grand-Lahou, de KORHOGO, de GAGNOA, de DIVO, de DUEKOUE, de BEOUMI, de BOUAKE ont enregistré, chacun en ce qui le concerne, au moins un(1) cas de rage. La rage est une zoonose qui, lorsqu’elle passe de son vecteur canidé à l’homme, provoque inexorablement la mort de celui-ci.



C’est pourquoi, le Gouvernement Ivoirien met un point d’honneur à combattre ce virus au même titre que celui de la poliomyélite.

Sur le terrain, (à FICGAYO, au centre Pilote, au parlement de Belleville) si les agents vaccinateurs font preuve de courtoisie à recevoir les propriétaires et d’enthousiasme à appliquer le vaccin aux canidés, il faut cependant déplorer la timidité des populations à présenter leurs animaux de compagnie.



A en croire les informations recueillies sur place à FICGAYO et au centre pilote de Port-Bouët, cela serait dû au manque de sensibilisation et de communication soutenues ; toutes choses qui devraient être améliorées à l’avenir afin de venir à bout de ce redoutable virus : celui de la rage.



Faut-il le rappeler, la phase de vaccination fera suite à celle d’abattage et de destruction systématiques de tous les animaux errants, aussi bien à Abidjan qu’à l’intérieur du pays et ce à partir du 13 février 2010.



Faire vacciner contre la rage étant un acte citoyen, les populations devraient aider le Gouvernement à les protéger contre la rage et leur environnement s’en porterait mieux!