Fermer

PRODUCTION ENERGETIQUE : LA COTE D’IVOIRE ET LA CIPREL S’ENGAGENT POUR L’AUGMENTATION DES CAPACITES

Le Premier Ministre Guillaume Soro a présidé la cérémonie de signature du sixième avenant à la convention avec la Centrale Ivoirienne de Production Electrique (CIPREL), le mardi 20 décembre 2011, à son cabinet. Le Chef du Gouvernement avait à ses côtés le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie, Adama Toungara et son homologue de l’Economie et des Finances, Charles DIby Koffi.

  
  

La CIPREL et son partenaire financier, FINAGESTION étaient représentés par leurs présidents respectifs, Marc Alberola et Vincent Le Guennou. Guillaume Soro a salué et félicité les ministres Adama Toungara et Charles Diby Koffi pour leur performance dans la conduite du travail et des négociations qui ont abouti à la signature du sixième avenant de la convention qui lie la CIPREL à l’Etat ivoirien pour la production d’énergie électrique. Selon le chef du Gouvernement, c’est la détermination de l’équipe qu’il dirige sous la conduite du Chef de l’Etat qui a remis le pays au travail et permis de remettre à l’ordre du jour des dossiers comme celui-là qui étaient en souffrance depuis une décennie. « Nous comptons sur vous pour faire de la Côte d’Ivoire un hub en matière énergétique », a lancé aux responsables de la CIPREL le Premier Ministre.
Pour sa part, le ministre des Mines, du Pétrole et de l’Energie a expliqué que ce projet rentre dans la vision du Président de la République qui veut faire de la Côte d’Ivoire « un vaste marché énergétique dans la sous-région ». Quant au directeur général de la CIPREL, Bernard Kouassi, il a assuré que la signature du présent avenant, augmentera la capacité de production de l’énergie par la centrale de la CIPREL. Ainsi de 321 Mégawatts actuellement, elle passera à 543 Mégawatts à l’horizon 2014, soit 222 Mégawatts de plus. « Cette signature sera un facteur de progrès », a souligné le directeur général de la CIPREL qui n’a pas manqué de faire ressortir l’économie de rejet de gaz carbonique qui sera réalisée avec la mise en marche d’une centrale à cycles combinés.
Depuis 1994 la CIPREL est liée à l’Etat ivoirien pour la production d’énergie électrique à partir de turbines à gaz. Le capital de la CIPREL, société de droit ivoirien, est détenu à 15 % par la Côte d’Ivoire, 2% par la BOAD et 83% par FINAGESTION.