GRANDS DOSSIERS :
Première Journée du partenariat Etat-Secteur privé

Partager l'article
  
  


Liste des documents à télécharger
TEXTE DE PRESENTATION

1)    L’événement : 1ère Journée Nationale de Partenariat


 


Le présent dossier de presse vise à utiliser la presse et les médias, vecteurs de communication par excellence pour faire une large diffusion de la 1ère  Journée Nationale de Partenariat (JNP). La date retenue pour cette 1ère édition pour Nationale est le Lundi 27 Avril 2015.


 


2)    Contexte National et International de cette journée.


Le Président SEM Alassane OUATTARA a affiché son ambition de faire de la Côte d’Ivoire  un pays émergent à l’horizon 2020. Cet objectif se traduit dans le Plan National de Développement (PND) 2012-2015. La réalisation de ce programme repose en partie sur un Secteur Privé dynamique et un environnement propice à l’investissement. A cet effet, l’un des objectifs du PND 2012-2015 est de voir croître les investissements globaux en les faisant passer de 12,5% du PIB en 2012 à 25% en 2015, avec une part croissante du Secteur Privé qui passera de 50% à au moins65%. Pour ce faire, une forte contribution du Secteur Privé (6 496,07 milliards de francs CFA sur 11 075,99 milliards, soit 58,65%) est attendue pour le financement de ce Plan.


Afin de permettre au Secteur Privé national d’apporter de façon efficace sa contribution à l’atteinte des objectifs du PND, un accent particulier a été mis sur le renforcement du partenariat entre l’Etat et le Secteur Privé, à travers la redynamisation du Comité de Concertation Etat Secteur Privé par le décret n° 2013-462 du 19 juin 2013. Il s’agit pour l’Etat ivoirien de créer les conditions de relance de notre économie, en liaison avec le Secteur Privé, favorisant ainsi l’accroissement des investissements productifs.


 


Cependant, la principale contrainte au développement du Secteur Privé en Côte d’Ivoire demeure l’accès au financement (Conf. Rapport Final 2014 de l’étude sur la compétitivité des entreprises ivoiriennes, Cabinet IOS Partners). En effet, l’accès aux services financiers est restreint pour l’ensemble des acteurs économiques, à l’exception des grandes entreprises exportatrices et des filiales de sociétés internationales. Les différentes études sur les PME font état de ce que plus de 70% de celles-ci accèdent difficilement au financement, notamment aux crédits à moyen et long terme à des coûts raisonnables. Les produits financiers offerts par les banques sont encore trop peu diversifiés et appropriés aux PME, ce qui est de nature à limiter leurs possibilités d’investissement et leur croissance pour atteindre une taille économique adéquate.


 


Il apparaît donc que malgré toutes les initiatives (Stratégie de Développement du Secteur Financier, Stratégie Nationale d’Inclusion Financière, les initiatives de l’APBEFCI, l’APSFD,  la CGECI et la CCI CI…), l’accès au financement des PME reste encore problématique et le taux de bancarisation est encore très faible : 4% environ de la population détenait un compte en banque en 2009 et 11,9% en 2012. D’où l’intérêt de définir des stratégies efficaces à mettre en œuvre dans le cadre du partenariat Etat Secteur privé afin de booster la bancarisation et particulièrement le financement des PME en Côte d’Ivoire notamment par l’inclusion financière.


Par ailleurs, de nombreuses actions ont été engagées dans le cadre de l’animation du dialogue Etat Secteur Privé.


Ainsi, en cette dernière année de mise en œuvre du PND 2012-2015 et au moment où se jettent les bases d’un PND 2016-2020, une attention particulière doit être accordée au renforcement du partenariat entre l’Etat et le Secteur Privé. Quel est le bilan de ce partenariat prôné par l’Etat dans la dynamique de relance économique ? Quelles ont été les forces et faiblesses du cadre de concertation et quelles sont les perspectives pour un meilleur partenariat au profit de l’émergence de la Côte d’Ivoire ? Comment fédérer toutes les énergies pour aboutir à une stratégie nationale de concertation ? Et comment pérenniser le cadre de concertation ?


 


C’est pour apporter des réponses à ces questionnements et pour apporter des pistes de solutions à la problématique de financement des PMEs, que le Comité de Concertation Etat Secteur Privé en partenariat avec le Groupe de la  Banque Africaine de Développement (BAD) et avec l’appui du Groupe de Banque Mondiale organise la première Journée Nationale de Partenariat Etat-Secteur Privé autour du Thème : « L’Etat et le Secteur Privé, en marche vers l’émergence ». 


 


 


 


1)    Les Objectifs de la journée


Ø  Objectif principal


 


Cette journée vise à renforcer la vision partagée et complémentaire entre l’Etat et le Secteur Privé pour atteindre les objectifs de développement économique de la Côte d’Ivoire.


 


Ø  Objectifs spécifiques


 


Il s’agira spécifiquement :


-          de faire le bilan du partenariat entre l’Etat et le Secteur Privé en Côte d’Ivoire et de consolider les bases d’une Stratégie Nationale de Dialogue Public Privé à travers :


o   le bilan des réformes entreprises par le Gouvernement pour favoriser le Développement du Secteur Privé ;


o   l’évaluation des actions du cadre de concertation ;


o   la présentation des attentes des deux parties ;


o   l’état des lieux de la contribution du Secteur Privé au Plan National de Développement 2012-2015 ;


o   la définition des mécanismes de pérennisation du cadre de concertation Etat Secteur Privé ;


o   la définition des orientations stratégiques du dialogue public privé dans la perspective de mise en œuvre du Plan National de Développement 2016-2020 ;


o   un agenda pour l’élaboration de la Stratégie Nationale de Dialogue Public Privé.


 


-          de faire un focus sur la problématique de financement pour le développement du Secteur Privé en général et des PME en particulier à travers :


o   l’examen des contraintes d’accès au financement des acteurs économiques notamment les PME opérant dans l’ensemble des secteurs de l’économie (agriculture, industries, commerce, services, artisanat…) ;


o   les solutions apportées par la promotion de l’inclusion financière ;


o   la proposition d’un instrument d’appui aux entreprises pour améliorer leur accès au financement ;


 


o   l’élaboration d’un agenda pour la mise en place de cet instrument.