FINANCEMENT DU PROJET D\'APPUI INSTITUTIONNEL ET MULTISECTORIEL A LA SORTIE DE CRISE

La Côte d\'Ivoire et la Banque Africaine de Développement ont procédé, le jeudi 28 février 2008, à la signature d\'un protocole d\'appui pour le projet d\'appui institutionnel multisectoriel à la sortie de crise. Ci-dessous le discours intégral du Premie ministre à cette occasion.

Monsieur le Président du Groupe de la Banque Africaine de , Développement, Monsieur le Ministre d'Etat,

Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux,

Honorables invités, Mesdames et Messieurs,

Je voudrais exprimer le plaisir que je ressens de recevoir, ce jour, Monsieur le Président du Groupe de la Banque Africaine de Développement, à l'occasion de la signature de l'accord de don émanant de la plus prestigieuse institution financière de notre continent, dans le cadre de la mise en œuvre du programme de sortie de crise en Côte d'Ivoire.

Monsieur le Président,
Au nom du Gouvernement et du Chef de l'Etat, je vous souhaite la fraternelle bienvenue, chez vous, en Côte d'Ivoire.
En effectuant le déplacement en vue de la signature de cet acte, à Abidjan, vous démontrez, de manière évidente, la volonté des dirigeants de votre institution et de l'ensemble de ses pays membres d'accompagner les pouvoirs publics ivoiriens dans l'exécution de la feuille de route résultant des différents accords de paix intervenus depuis le début de la crise.

Votre présence constitue donc un message fort de solidarité et de fraternité, valeurs si chères à notre organisation commune.

Mesdames et Messieurs,
Au mois de juillet 2007, au cours d'une table ronde, le Gouvernement ivoirien avait sollicité l'appui de la communauté internationale pour le financement des différents volets du programme de sortie de crise, à la suite de la signature de l'Accord politique de Ouagadougou. Parallèlement à cette initiative, des discussions furent engagées en vue de la reprise de la coopération financière avec nos principaux partenaires au développement, au premier rang desquels se trouvent le Fonds Monétaire International, le Groupe de la Banque Mondiale et le Groupe de la Banque Africaine de Développement.

Les démarches ainsi entreprises valent aujourd'hui à notre Gouvernement la conclusion du présent accord de don entre le Fonds Africain de Développement et la Côte d'Ivoire, pour un montant de 20 millions d'unités de compte, soit environ 14,13 milliards de Francs CFA. Ce concours financier étant destiné à la prise en charge du Projet d'Appui Institutionnel et Multisectoriel à la Sortie de Crise.

De façon spécifique, cet appui contribuera à la restauration du fonctionnement des services publics dans les domaines de l'éducation, de la santé et du développement rural, dans les zones Centre, Nord et Ouest du pays profondément touchées par les effets du conflit. La même contribution permettra, en outre, de renforcer les capacités des services publics et des organisations de la, société civile dans leurs missions de prise en charge des questions d'urgence et de relance économique post-crise.

C'est donc le lieu de saluer, à juste titre, un tel apport qui revêt un caractère hautement symbolique, car il traduit dans les actes le réengagement effectif de la BAD aux côtés de l'Etat ivoirien, après cinq années d'interruption de la coopération financière.

Mesdames et Messieurs,
La longue et fructueuse coopération entre notre pays et le Groupe de la BAD permet de relever que, depuis 1968, les financements cumulés se chiffrent à environ 1,8 milliards de Dollars US, soit près de 834 milliards de Francs CFA.

Pour consolider cette dynamique, je puis vous assurer de la volonté du Gouvernement ivoirien d'honorer sa part d'engagement, notamment, à travers l'utilisation efficiente des fonds reçus et, bien sûr, le règlement diligent des arriérés de paiements dus à la BAD.
Ainsi exprimé, cet engagement demeure valable à l'égard de tous les partenaires au développement de la Côte d'Ivoire avec lesquels les négociations se poursuivent, en vue de la prise en charge de programmes visant à soutenir le processus de sortie de crise et la politique de relance économique post-conflit.

Je voudrais achever mon propos sur ces mots et réitérer nos remerciements à Monsieur le Président du Groupe de la BAD, en espérant fermement en la pleine reprise des activités de l'institution régionale en Côte d'Ivoire et, surtout son retour à son siège abidjanais, dans un avenir très proche.
Merci de votre aimable attention.