ANNEE SCOLAIRE 2010-2011 : LA REPRISE FIXEE AU 26 AVRIL 2011

La réouverture des classes a été annoncée pour le 26 avril par Mme Camara Kandia, ministre de l`Education nationale, dans un communiqué. L`heure a effectivement sonné pour les enseignants et élèves de poursuivre les programmes là où ils les avaient laissés avec le déclenchement de la crise post-électorale. Dans les zones Centre-Nord-Ouest (Cno), la reprise est effective depuis quelques semaines.

Pour préparer cette réouverture des classes, Mme Kandia Camara a rencontré le 21 avril 2011 les membres du cabinet ministériel, au Plateau. « L’objectif du Président de la République est de sauver l’école. Nous devons tout faire pour éviter une année blanche », a-t-elle insisté. Pour ce faire, elle a demandé aux différents chefs de service de faire le point sur les niveaux d’exécution des programmes scolaires « afin que des décisions soient prises pour un réaménagement de l’année académique ». Mme Kandia Camara a réitéré les mêmes propos devant les membres du cabinet du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique dont elle assure également l’intérim. Saisissant cette visite de la première responsable de l’enseignement supérieur, M. Hibault Alexis, Directeur de cabinet, a exprimé la satisfaction du monde éducatif face à la décision du gouvernement de fermer les universités de Cocody et d’Abobo-Adjamé, ainsi que les résidences universitaires.



« Avec ses 50 000 à 60 000 étudiants, l’Université de Cocody était devenue une mammouth ingérable. Les cités universitaires avaient également été dévoyées de leur fonction. Des textes existent pour la réouverture des cités sur des bases saines. Il nous faut tout simplement les appliquer », a-t-il indiqué. Les universités et les cités, a expliqué Kandia Camara, ont été fermées afin de permettre au gouvernement d’y mette de l’ordre.

« Il y aura un recensement informatisé de la population estudiantine. Après la réhabilitation des cités, une commission sera mise sur pied pour la réattribution des chambres aux étudiants », a-t-elle annoncé. Concernant les modalités pratiques, elle a promis la mise en place d’une administration provisoire pour le paiement des fonctionnaires de l’université.



Pour le ministre de l’Enseignement supérieur par intérim, il faudra faire en sorte que l’Université de Bouaké puisse retourner enfin à Bouaké comme ne cessent de le réclamer les autorités et les habitants de cette ville. Conscient des défis qui l’attendent, Kandia Camara a invité le personnel des trois ministères dont elle a la charge au niveau de l’Education à cultiver l’esprit de fraternité et d’avoir la volonté de faire bouger les choses. Pour elle, c’est le moment de rendre à l’école ivoirienne ses lettres de noblesse. « Les Ivoiriens attendent beaucoup des responsables qu’ils sont », a-t-elle conclu. Notons que Kandia Camara a terminé sa visite au ministère de la Famille, de la Femme et des Affaires sociales dont elle assure également l’intérim.